Chronique de la guerre de la Russie contre l’Ukraine

906ee85c30e6c4b7b42b578f7ac39e71

Mariupol, au cours de l’agression russe, a connu l’occupation, la libération et la mort de civils avec l’attaque surprise d’une ville qui vit pourtant en paix sous le drapeau ukrainien.

EMPR suit la chronique des événements de 2014 et de l’année en cours, présentée par Vadim Jouvaga

2014

-27 février: Apparition des premières annonces sur des sites russes proposant de prendre part à des manifestations dans l’Est et le Sud-Est de l’Ukraine. Le point de rencontre des manifestants se trouve à Rostov-sur-le-Don.

-1er mars: La Douma d’État décide d’autoriser l’envoi de troupes russes en Ukraine. C’est le début du soit-disant Printemps russe.

-1er mars: Six autobus conduisant des citoyens russes munis de drapeaux arrivent à Mariupol. Les “touristes” participent à des manifestations devant l’Hotel de ville de Mariupol qui sont organisées à la demande du comité local du PC pour réclamer le rattachement de la ville à la Russie. Au cours du rassemblement un citoyen russe de 20 ans enlève le drapeau ukrainien du mât au sommet de l’Hotel de ville et le remplace par les couleurs de la Russie. Après son “exploit” il se présente aux habitants. Les “touristes” russes sont logés dans des lotissements du village Sopino qui appartiennent au groupe « Metinvest » de Rinat Akhmetov.

-2 mars: Un nouveau rassemblement se déroule devant l’Hotel de ville en appelant au rattachement à la Russie, à la déclaration de la “République indépendante du Donbass” et même à la renaissance de l’URSS. En essayant de pénétrer à l’intérieur les manifestants défoncent la porte. Ils proclament comme «maire populaire » Dmitriy Kouzmenko, fils du directeur adjoint du groupe de constructions mécaniques « Asovmache » (propriété du groupe SCM de Rinat Akhmetov). Iuriy Khotlubey, le maire de la ville, rencontre les « porte-paroles » des manifestants. Kouzmenko tente de persuader Khotlubey d’adresser une lettre à Poutine l’invitant à accorder une assistance militaire à la ville. Iuriy Khotlubey finit par signer une telle lettre bien que ce fait ait été réfuté par son entourage.

Finalement, quatre hommes sont autoproclamés « maires populaires », y com pris A. Fomenko, l’ancien secré taire du comité du PC de Mariupol.

31.3.-empr-site-mariupol-2 -En mars des rassemblements sous les drapeaux russes de déroulent tous les jours avec des recours à la violence contre les « banderivtsi » et des appels au rattachement à la Russie. Parmi les manifestants on voit même les enfants pensionnaires de l’orphelinat chrétien « Pèlerin »

-3 mars: Les cinq premiers bénévoles qui veulent protéger l’Ukraine sont enregistrés dans le commissariat militaire à Mariupol.

-5 mars: Le premier rassemblement des partisans de l’”Ukraine unie” se déroule devant l’Hotel de ville.

-Dans la seconde quinzaine de mars les communistes et les citoyens pro-russe commencent à collecter des signatures devant l’Hotel de ville pour l’intervention militaire de la Russie et pour le retour de Ianoukovytch au pouvoir. Malgré les appels séparatistes, la police ne réagit pas.

Sous le menace de l’intervention de l‘armée russe, les troupes blindées des Forces armées de l’Ukraine se concentrent à Mariupol. A cette époque, il y a des premières tentatives pour bloquer les colonnes d’équipements militaires ukrainiens et pour installer le détachement de garde frontière de Donetsk à Mariupol.

-14 avril: Les partisans de l’”Ukraine unie” sont violemment battus près du commissariat de police par les titouchky pro-russes. Aucune intervention de la police pour arrêter l’agression.

-15 avril: La prise de l’Hotel de ville de Mariupol par la section du 45ème régiment de débarquement de la Direction générale des renseignements (GRU) de l’armée russe. Les soldats russes laissent les manifestants pro-russes entrer dans le bâtiment.

-Dans la nuit du 17 avril: échec de l’attaque par les activistes pro-russes d u bataillon de la Garde nationale d’Ukraine, trois des agresseurs sont morts. Après cela, les agresseurs en fuite se retranchent dans l’Hotel de ville autour duquel ils se mettent à construire les barricades de pneus et font stationner des trolleybus.

-20 avril: Début du mouvement des volontaires pour le soutien aux soldats ukrainiens.

-Fin avril: Désordres de masse avec utilisation d’armes automatiques. Les provocateurs pro-russes armés essaient de prendre le bâtiment du commissariat central de police mais le colonel Valeriy Ambrostchouk, responsable du commissariat, appelle la Garde nationale à la rescousse. Ses véhicules blindés défoncent les barricades. A la suite des désordres organisés par les russes on compte 9 morts et l’incendie du bâtiment du Commissariat central de police. Le bruit courre que le colonel Ambrostchouk a été lynché mais cette information n’a jamais été prouvée.

-11 mai: Près de 70 % de la population de Mariupol aurait participé au référendum sur le passage de Mariupol sous la juridiction de la RPD. En même temps, les points de contrôle sont installés autour de la ville avec l’aide de volontaires.

-Deuxième quinzaine de mai: C’est le début de l’activité du bataillon bénévole « Azov » (plus tard, le régiment). Les combattants arrêtent le soi-disant ministre de la défense de RPD et le “maire populaire” Fomenko.

-13 juin: Après 5 heures de bataille le bataillon « Azov » oblige les séparatistes à se retirer de la ville. Au même moment, le centre de la ville est débarrassé des barricades . Cependant les séparatiste réussissent à brûler le bâtiment de l’Hotel de ville. Près de la moitié des députés de l’administration municipale quittent la ville pour les raisons politiques.

31.3.-empr-site-mariupol-4

Photo: Valkyrie Tereshkova

-Deuxième quinzaine de juin: Mariupol devient le siège temporaire de la région de Donetsk. Toutes les administrations régionales sont déplacées à Mariupol. C’est le début du mouvement volontaire de masse pour soutenir l’armée ukra inienne. L’autodéfense pro-ukrai nien ne se forme.

-16 juillet: Le plus grand drapeau ukrainien est déployé sur la place du Komsomol de Lenine.

-Deuxième quinzaine d’août: les 5 statues de Lenine de la ville sont démantelées. Mariupol devient la première grande ville de l’Est de l’Ukraine où il n’y a plus de statues de Lenine.

-25 août: Début de l’offensive de masse de l’armée russe en direction de Mariupol.

-Du 28 août au 7 septembre: Les résidents de la ville construisent des tranchées de défense autour de la ville et forment des chaînes humaines sur la route des envahisseurs. Les troupes russes commencent à bombarder la ville. Les troupes ukraniennes se concentrent à Mariupol. Les russes n’osent pas attaquer la ville.

-9 septembre: Petro Porochenko, le président de l’Ukraine, arrive à Mariupol et promet de ne pas céder la ville.

-Septembre: Début de formation du bataillon bénévol e « Mariupol » (créé à la place du 129ème bataillon d’éclaireurs).

-Début octobre: A. Kykhtenko, le nouveau chef de l’administration régionale de Donetsk, déplace le siège régional temporaire à Kramatorsk.

-Octobre – novembre: On continue à fortifier la ville et à déployer les troupes ukrainiennes.

2015

-24 janvier: Bombardement massif du quartier « Oriental » par les russes. Il y a 31 morts et 105 blessés.

31.3.-empr-site-mariupol-3

-25 janvier: Petro Porochenko annonce le deuil national à Mariupol. Les résidents se mettent à aider les familles des morts et des blessés. L’organisation volontaire “Le Nouveau Mariupol” fait en deux jours une collecte record – 150 mille grivna.

-27 janvier: L’administration municipale accuse la Russie d’agression et reconnaît la RPD et la RPL comme organisations terroristes. Cependant le soir même la décision est falsifiée : les mentions de la RPD, la RPL et de la Russie sont éliminées.

-29 janvier: Deuxième décision de l’administration municipale pour reconnaître la Russie comme le pays agresseur et les républiques autoproclamées comme des organisations terroristes. La décision est prise à la demande de l’opinion publique.

-10 février: Offensive du régiment « Azov » en direction de la frontière russe. La ligne de front est reculée de 20 km à l’est de Mariupol.

L’acticle original en ukrainien est publiée dans le cadre de l’action en facebook « Mariupol – la ville qui se défend ».

Lili des Cévennes, Alina Savtchak pour EMPR en français.

CONTACT US

You can send us an email and we'll get back to you, ASAP. EMPR team

Sending

Copyright ©2014-2017 EMPR

Log in with your credentials

Forgot your details?