Rapport Poutine et la guerre de Boris Nemtsov. Chapitre 6

cfaddfc2bf2e9424ee07b2e09e36451f

La confrontation armée dans le Donbass accroît quotidiennement le nombre de victimes des deux côtés belligérants. En avril 2015, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a recensé 6 108 personnes tuées dans la zone de conflit.

Le rapport note que ces données sont « sous-estimées » et n’incluent pas d’information sur les personnes qui ont perdu la vie lors de l’intensification des combats en janvier-février 201573.

p24

Certificat de décès d’un combattant russe de la RPD, mort aux abords de l’aéroport de Donetsk.

Dès le début du conflit, les autorités russes ont pris soin de cacher toutes les données concernant les citoyens russes ayant trouvé la mort sur le territoire ukrainien et, surtout, concernant les militaires russes impliqués dans les combats. Il leur a cependant été impossible de dissimuler totalement ces faits.

Ainsi, la photojournaliste Maria Tourtchenkova publia le 2 juin 2014 un reportage74 sur la traversée de la frontière ukrainienne par un camion avec un marquage Grouz-200, camion qui rapatriait les corps des 31 citoyens de la Fédération de Russie morts en mai lors de l’assaut contre l’aéroport de Donetsk. La nationalité russe des victimes a été confirmée, en particulier, par le chef de la République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), Aleksandr Borodaï. De facto, c’était la première fois qu’on disposait d’un document confirmant la participation de citoyens russes à la guerre dans le Donbass.

Outre les cercueils, Tourtchenkova a réussi à photographier quelques certificats de décès établis par le bureau d’expertise médico-légal de la région de Donetsk attestant la mort des citoyens russes dont les corps ont été réacheminés de l’autre côté de la frontière.

En particulier, parmi les morts figurait Iouri Fedorovitch Abrossimov, né en 1982. La mort de Sergueï Borissovitch Jdanovitch, né en 1966, fut également attestée ; il est connu comme instructeur à la retraite du centre spécial du FSB russe, aussi vétéran des guerres en Afghanistan et en Tchétchénie. Peu de temps avant sa mort, à Donetsk, il avait reçu un entraînement dans un camp dans la région de Rostov.

L’information sur les militaires russes morts dans le Donbass est restée longtemps dissimulée. Les autorités militaires de la Fédération de Russie déclaraient que ces soldats étaient morts lors d’entraînements dans la région de Rostov. Les familles des militaires décédés essayaient également de ne pas attirer l’attention sur ce qui leur est arrivé. Les sources de Boris Nemtsov ont rendu public le fait que les familles des soldats décédés ont reçu en 2014 d’importantes compensations financières en signant des engagements de non-divulgation.

Les premières preuves concernant les militaires russes morts sur le territoire de l’Ukraine ont été dévoilées par le député de Pskov, Lev Chlosberg. Il a signalé75 l’enterrement de deux soldats dans le cimetière de Vybouty, le 25 août 2014, près de Pskov : Leonid Iourievitch Kitchatkine (30/09/1984-19/08/2014) et Aleksandr Sergueevitch Ossipov (15/12/1993-20/08/2014).

p25

À la veille des funérailles, l’épouse de Leonid Kitchatkine, Oksana, a parlé de la mort de son mari dans le réseau social VKontakte : « La vie s’est arrêtée !!!!!!!!!! », « Leonid est mort, enterrement lundi à 10 heures, ses funérailles se tiendront à Vybouty. Ceux qui veulent lui dire au revoir, venez, on sera heureux de vous voir tous ». Cependant, tous ces messages ont été très vite supprimés et remplacés par un message déclarant Kitchatkine en vie : « Mon mari est vivant et en bonne santé et maintenant nous célébrons le baptême de notre fille » 76.

Le premier message s’est révélé exact comme en témoignent les tombes des parachutistes de Pskov, Leonid Kitchatkine et Aleksandr Ossipov, apparues dans le cimetière de Vybouty.

p26

La tombe de Kitchatkine Leonid Iourievitch 30/09/1984-19/08/2014.

p27

La tombe d’Ossipov Aleksandr Sergueevitch 15/12/1993-20/08/2014. 

Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou et le commandant des troupes aéroportées Vladimir Chamanov affirment que la 76ème Division aérienne n’a pas été impliquée dans les combats sur le territoire de l’Ukraine et, en conséquence, n’a pas subi de pertes. Cependant, selon Chlosberg, les parachutistes décédés étaient enterrés par cette même division aérienne. Par ailleurs, une semaine avant les funérailles, Vladimir Poutine a décoré les militaires de cette division de l’Ordre de Souvorov : « Pour l’exécution réussie des missions de commandement où le contingent a fait preuve de courage et d’héroïsme »77.

Peu après, Lev Chlosberg a publié les nouvelles preuves qu’il avait réunies : un déchiffrement des conversations de militaires après leur sortie de la zone des combats78.

Voix 2 : Combien de personnes sont mortes, putain ?

Voix 1 : Jusqu’à …

Voix 2 : Tu ne sais pas du tout ? Alors, 40, 50, 100 personnes ?

Voix 1 : 80.

Voix 2 : Quatre-vingt ?

Voix 1 : Ouais … C’est en comptant Tcheriokha …

Voix 2 : C’est tout une compagnie ?

Voix 1 : C’est en comptant Tcheriokha, Promezhitsy, tous ensemble.

Voix 2 : Parce que la rumeur disait qu’il y en avait 140

Voix 1 : Hein ? Peut-être.

Voix 2 : Avec ceux de Pskov.

Voix 1 : Enfin, je ne sais pas, c’est avec Promezhitsy, Tcheriokha, avec tous.

Voix 2 : Alors attends, regarde, putain, comment comprendre maintenant qui est vivant qui est mort ?

Voix 1 : Les listes. Enfin, d’après la liste nous sommes une dizaine à rester en vie.

Après la publication de cet enregistrement Lev Chlosberg a été agressé : il a été sévèrement battu79.

Le 29 août [2014], on a appris la mort, sur le territoire de l’Ukraine, du parachutiste d’Oulianovsk Nikolaï Bouchine. L’annonce de sa mort a été faite par sa mère à la chaîne de télévision Dojd80. Bouchine faisait son service dans l’unité militaire № 73612, qui est basée à Oulianovsk, et fut le commandant adjoint du 4ème peloton de la 4ème compagnie de la 31ème Brigade autonome de la Garde d’assaut des troupes aéroportées. La date estimée de sa mort est le 26 août 2014. Dans le réseau social VKontakte, ses collègues qui ont initié une collecte de fonds pour les parents de Nikolaï, ont écrit qu’il était mort en « défendant les frontières de notre patrie ». Il est important de noter que deux parachutistes, Rouslan Akhmetov et Arseni Ilmitov, de la même division que Bouchine, ont été faits prisonniers de guerre par les Ukrainiens à la veille de la mort de Bouchine.

Les journalistes de RBK ont réussi à recueillir plus d’informations sur les militaires russes tués sur le territoire de l’Ukraine81. La plupart des tués faisaient leur service dans les cinq unités des forces aéroportées constituant le corps de maintien de la paix de la Fédération de Russie, d’un effectif total de 5 000 combattants.

Voici les données confirmées concernant les morts :

Deux militaires sous contrat de la 31ème Brigade autonome de la Garde d’assaut aéroportée, basée dans la région d’Oulianovs, sont morts : Ilnour Kiltchinbaev du village d’Almiasovo et Aleksandr Belozerov du village de Novaïa Maïna. Selon leurs proches, ils étaient partis pour un entrainement dans la région de Rostov et ont perdu la vie le 25 août.

De la 98ème Division aéroportée de la Garde, basée dans les régions d’Ivanovo et de Kostroma, sont morts les contractuels Sergueï Selezniov (enterré le 2 septembre à Vladimir) et Andreï Piliptchouk de la région de Kostroma. Dans l’administration du cimetière de Kostroma, RBK a appris l’enterrement de trois militaires de Kostroma morts « en Ukraine » : Sergueï Guerasimov 26 ans, Alekseï Kassianov 32 ans et Evgueni Kamenev 27 ans, tués respectivement les 24 et 25 août et le 3 septembre.

Au sein de la 76ème Division de la Garde d’assaut aéroportée, basée dans la région de Pskov, à part Leonid Kitchatkine et Aleksandr Ossipov dont parlait Chlosberg, RBK a mentionné par écrit le décès d’Anton Korolenko (Voronej), Dmitri Ganine (Orenbourg) et Maxim Mezentsev (Komi).

Dans la 7ème Division de la Garde d’assaut aéroportée, Novorossiïsk, mort du Tchitinets[1] Nikolaï Charaborine.

Au sein de la 106ème Division de la Garde des troupes aéroportées, basée dans la région de Riazan, un parachutiste du nom de Maksoutov.

Les familles des soldats décédés ont reçu en 2014 d’importantes compensations financières en signant des engagements de non-divulgation

Des brigades d’infanterie motorisée : la 21ème de la région d’Orenbourg, la 9ème de Nijni-Novgorod, les 17ème et 18ème de Tchétchénie, ont également subi des pertes dans le Donbass. Les médias locaux ont rapporté que les soldats de l’infanterie motorisée Vadim Larionov, Konstantine Kouzmine, Marcel Araptanov, Vasili Karavaïev, Armen Davoïan, Aleksandr Voronov ont été tués, soit « sur la frontière avec l’Ukraine », soit lors d’un exercice dans la région de Rostov.

p28

Les dépouilles des Russes morts dans le Donbass sont rapatriées dans des camions marqués « Grouz-200 ». Photo : Maria Tourtchenkova.

Les funérailles du conscrit Vasili Karavaïev ont été signalées par le journal AiF-Prikamie82. Son corps a été ramené au village de Kouva du district Koudymkarski le 5 septembre [2014]. Quelques jours plus tôt, dans un message apparu sur un réseau social, Nadejda Otinova raconte que son cousin, âgé de 20 ans, Vasili Karavaïev, a été blessé pendant le bombardement du 21 août [2014] à Donetsk. Il en est mort cinq jours plus tard dans un hôpital de la région de Rostov.

Le procureur militaire de la Fédération de Russie a déclaré que les informations sur la mort de soldats russes dans le Donbass sont classées secret d’État.

Le fait que des militaires russes aient perdu la vie dans le Donbass a été également annoncé par deux membres du Conseil auprès du président russe sur le Développement de la société civile et les droits de l’homme, Ella Poliakova et Sergueï Krivenko; selon leurs sources, plus de cent militaires y ont péri 83. Il s’agit des parachutistes russes qui se sont retrouvés sous le feu des armes, le 13 août près de la ville de Snijné dans la région de Donetsk.

Lev Chlosberg a envoyé le 16 septembre 2014 une demande parlementaire au Parquet général militaire de la Fédération de Russie, dans laquelle il a posé des questions sur le sort des soldats de la 76ème Division des troupes aéroportées de Pskov.

Dans sa demande, Chlosberg nomme douze parachutistes dont la mort et l’enterrement sont établis avec certitude, mais ni les raisons, ni les circonstances de leur mort. Ces militaires venaient des différentes unités appartenant à la 76ème Division aéroportée de Pskov : Aleksandr Baranov, Sergueï Volkov, Dmitri Ganine, Vasili Guerasimtchouk, Alekseï Karpenko, Tleoujan Kinibaev, Leonid Kitchatkine, Anton Korolenko, Aleksandr Koulikov, Maxim Mezentsev, Aleksandr Ossipov et Ivan Sokol84. En réponse, le parquet général militaire a informé85 Chlosberg que les circonstances de la mort des militaires sont établies : ils ont perdu la vie en dehors des lieux de leur affectation permanente, aucune violation des lois n’a été constatée par le procureur militaire, les familles des victimes reçoivent une aide sociale et un soutien psychologique, mais la divulgation d’autres informations n’est pas possible car elles sont classées « secret d’État ».

Boris Nemtsov a également envoyé une demande formelle au Procureur général de la Fédération de Russie le 27 janvier 2015. Il a demandé de vérifier les informations sur la mort des militaires russes sur le territoire de l’Ukraine. Exactement un mois plus tard, Boris Nemtsov était tué et le Bureau du Procureur général n’a pas répondu à la demande de l’homme politique.

[1] Habitant de la région de Tchita, ndt.

La suite est bientôt disponible sur EMPR

Lili des Cévennes pour EMPR en français, La traduction française a été réalisée grâce à une coopération des associations « Ukraine Action », « InformNapalm France », «Groupe de résistance aux répressions en Russie », « Russie Libertés » et des traducteurs indépendants, avec l’accord d’Ilya Yashin.

CONTACT US

You can send us an email and we'll get back to you, ASAP. EMPR team

Sending

Copyright ©2014-2017 EMPR

Log in with your credentials

Forgot your details?