Une chance de vivre

715fe4f7980414b6f0287ee346131a95

Les années et les décennies s’écoulent, mais, malheureusement, la situation du Droit des animaux en Ukraine progresse très lentement. Le gouvernement ferme  toujours les yeux sur les cas de maltraitance de nos frères à quatre pattes plus faibles…, et parfois même l’encourage.

Heureusement, il y a des gens qui ont du cœur et le désir de changer le Monde vers le mieux et qui parviennent à inverser la situation.

Près de Kiev il existe un lieu avec une histoire très triste. Autrefois dans cet endroit se trouvait une cour d’équarrissage dans laquelle les animaux  y  étaient traités vivants… Leur mort était terriblement douloureuse. Ils étaient  amenés ici, souvent blessé et mutilés pendant leur capture. Les pauvres bêtes étaient abandonnés  des semaines  dans des cages fermées sans soin ni nourriture, sans eau à boire. Enfin on les tuait en les assommant à coups de bâtons et ils étaient dépecé à vif. Cela avait duré 60 ans.

Un jour une femme a découvert l’existence de cet endroit d’équarrissage. Son nom est Tamara Tarnavska. Elle est journaliste, critique d’art et activiste social. Cette femme a décidé de faire ce qui semblait à cette époque impossible : notamment de faire fermer cet énorme camp de concentration pour chiens et chats. Malheureusement, les autorités ukrainiennes, en particulier, celles de Kyiv ne voulaient pas entendre et comprendre que le problème des animaux errants ne pouvait être résolu par des tirs, des empoisonnements et le dépeçage des peaux de ces pauvres créatures vivantes.

Alors, Tamara Tarnavska a décidé d’attirer l’attention sur le problème auprès de la communauté internationale. En 1996, elle invite à Kyiv les représentants des organisations de protection des animaux de l’Allemagne, de l’Autriche et un journaliste allemand Christa Shechtel. Ces derniers se faufilent avec Tamara et ses partenaires à travers des trous dans les murs de la cour d’équarrissage. Ils filment tout le processus des tueries.

шкіродерняемпр

Un scandale international a éclaté. Ces images choquantes d’animaux se tordant de douleur ont autant indigné les Européens que l’Ukraine a été très proche de l’isolement international. Le Haut-Commissairiat des Nations Unies pour les réfugiés, le Prince Aga Khan, la princesse belge Elizabeth de Croy, les maires des villes d’Edimbourg (Ecosse), Munich et Leipzig (Allemagne), la célèbre actrice et activiste française, protectrice des droits des animaux Brigitte Bardot, le Directeur général du Département Européen des Nations Unies à Genève ont envoyé des lettres de protestations officielles aux autorités ukrainiennes avec une demande insistante de réagir à cette situation atroce.

Suite à ce scandale, le gouvernement ukrainien s’est incliné. L’usine mortelle a été fermée. A sa place a été ouvert le premier abri pour animaux en Ukraine. Le terrain a été remis à la association “La protection des animaux « S.O.S » pour 49 ans. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le 29 Septembre 1997 en présence des représentants des organisations internationales de l’Allemagne, de la France, de la Belgique, de la Suisse et du Royaume-Uni.

СОСемпр2

Malheureusement, la persécution contre les protecteurs des animaux , en particulier contre Tamara Tarnavska se poursuivent. Ainsi, en 1999, l’un des députés de l’Ukraine Nikolay Gaber, a calomnié la Direction de l’abri en les accusant publiquement de trafic de drogue.

Après une enquête minutieusement menée des autorités judiciaires ont été obligées de reconnaître que les accusations du député national étaient sans fondement. Le tribunal a ordonné à Gaber de présenter des excuses publiques à l’association “La protection des animaux « S.O.S » ” et à Tamara Tarnavska personnellement, en outre de verser une indemnité pour dommages moraux.

Il y a eu plusieurs tentatives d’incendie criminel de l’abri. A plusieurs reprises les bénévoles et les militants pour les droits des animaux en Ukraine ainsi que Mme Tarnavska ont été agressés. Le terrain de l’abri a failli être exproprié par Viktor Ianoukovitch, le fils cadet de l’ancien Président de l’Ukraine, essayait de le récupérer à son profit. Mais grâce au au Maidan qui commençait, l’abri a été sauvé. A cette époque la famille Ianoukovitch avait d’autres soucis à gérer…

СОСемпр3

Maintenant  la Communauté a d’autres préoccupations. La guerre qui a débuté dans l’Est de l’Ukraine ne brise pas seulement la vie des gens… Des centaines de milliers de chats et de chiens du Donbass ont été laissés à eux-mêmes, abandonnés, souvent estropiés…  Les victimes innocentes  de la dureté, de la bêtise et de l’indifférence humaine  … Pour ces animaux qui étaient déjà dans la rue se sont  rajoutés  ceux dont les propriétaires sont morts ou ont tout simplement quitté la zone de combat, laissant leurs animaux de compagnie se débrouiller par eux-mêmes. Certains n’ont pas même la conscience de libérer l’animal de l’appartement ou de l’enceinte, les condamnant à mourir douloureusement de soif et de faim, ne leurs laissant aucune chance de survie.

hugeemprushilapychvost.ru

Heureusement, les Associations ukrainiennes de Protection Animale et des citoyens sensibles ont trouvé des moyens pour aider ces animaux. Ils ont commencé à les évacuer massivement hors de la zone de guerre et les ont placés dans des foyers. Les activistes locaux restent souvent eux-mêmes sous-alimentées mais nourrissent les animaux. Beaucoup de chiens et de chats ont trouvé refuge dans des unités de l’armée ukrainienne. Presque chacune a ses animaux de compagnie.
Bien sûr, Tamara Tarnavska et sa communauté ne pouvaient pas rester indifférentes. Le refuge S.O.S abrite 200 chiens et plusieurs dizaines de chats, retirés de la zone de combat. Ils ont été amenés ici par des activistes, des soldats, certains ont été confiés par leurs maîtres qui ont déménager à Kyiv. Ici, les animaux sont soignés, stérilisés, socialisés et on leur donne une chance d’une nouvelle vie. “Malheureusement, les animaux adoptés sont extrêmement rares, surtout les chiens. Néanmoins nous examinons sérieusement les candidatures des sollicitants. Nous donnons nos animaux seulement aux personnes responsables et sérieuses », nous explique Tamara Tarnavska… “Et bien, au moins nos animaux sont en sécurité, nourris et soignés. Regardez-les, paraissent-ils être malheureux?! ”

СОСемпр

Maintenant, le refuge abrite 1 500 chiens, 200 d’entre eux ont été ramenés de la zone de l’ATO et environ 295 chats, quelques dizaines d’entre eux sont venu aussi du Donbass. Beaucoup d’entre eux ont été blessés et resteront infirmes. Mais au moins, ils ont la vie sauve, sont bien nourris, avec des soins appropriés.

animals empr3

Récemment, les  adhérents de l’Association de protection animale «S.O.S» ont accueilli des invités: des militaires ukrainiens en  traitement à l’hôpital militaire de Kyiv. Selon le porte parole des bénévoles et des organisateurs de cette rencontre , une telle  “zoothérapie” aide les soldats à oublier la guerre et à se détendre.

СОСемпр4 L’Association «S.O.S» et le refuge de  Pyrogovo existent uniquement grâce à des dons de particuliers et de fondations privées. Si vous voulez aider les animaux ayant reçu « une chance pour  la vie » vous pouvez trouver les contacts des refuges sur son site Internet.

Lili des Cévennes, Halyna Guillot pour EMPR en français

 

 

CONTACT US

You can send us an email and we'll get back to you, ASAP. EMPR team

Sending

Copyright ©2014-2017 EMPR

Log in with your credentials

Forgot your details?