On les a surnommés les Cyborgs…

On les a surnommés les Cyborgs à cause de leur vaillance et de leur courage.  Karen Lajon, grande reporter du Journal du Dimanche a rencontré ces braves soldats devenus légendaires à l’hôpital de Kyiv ou ils étaient en train de soigner leurs blessures.

Madame Karen Lajon nous a donné son accord pour publier son article pour les lecteurs de EMPR.

Quoi de plus prestigieux que d’être reconnu par ses ennemis! Un hommage entre soi, un hommage entre valeureux guerriers. La légende est en marche. On dit que ce sont les séparatistes eux-mêmes qui l’ont lancée. “Nom de dieu, je ne sais pas qui défend cet aéroport de Donetsk, mais on n’arrive pas à les déloger”, aurait raconté un séparatiste au début de l’attaque, en septembre dernier. “On les accule et ça ne marche pas. Ils ne sont pas humains, ces types-là, ce sont de véritables cyborgs”.

Et voilà, des hommes mécaniques, des demi-dieux de la guerre sont nés. Des robots surnommés “ukrop” en ukrainien, et cyborg en anglais. Ils représentent la mythologie qui désormais habille les combattants féroces de l’Ukraine. Nikolaï, 26 ans et Alexei, 36 ans en ont fait partie. Aujourd’hui, ce sont des cyborgs à la mécanique rompue. L’un gît sur un lit d’hôpital, tandis que l’autre est en chaise roulante. Qu’importe. Pour l’heure, ils portent en eux et sur eux l’aura des combattants de la victoire, l’espoir et la reconnaissance de toute une nation.

 

Lire la suite sur www.lejdd.fr.

EMPR en français, Lili Mistral a contribué à la publication de cet article.

CONTACT US

You can send us an email and we'll get back to you, ASAP. EMPR team

Sending

Copyright ©2014-2017 EMPR

Log in with your credentials

Forgot your details?